Amaxophobie – Comment se débarrasser de la peur de conduire ?

Amaxophobie – Comment se débarrasser de la peur de conduire ?

L’amaxophobie est un trouble assez méconnu, mais pourtant très répandu. De quoi s’agit-il exactement ? Qui peut en être atteint ? Quels sont les symptômes associés et comment en guérir ? Le point dans cet article.

Qu’est-ce que l’amaxophobie ?

L’amaxophobie, dans sa définition la plus simple, se réfère à une crainte déraisonnable dont la personne reconnaît le caractère excessif et injustifié. Étymologiquement, ce terme est formé à partir des mots grecs anciens, « ἄμαξα, ámaxa » désignant le véhicule et « φοβία, phobía » qui signifie l’effroi ou la frayeur. Par conséquent, une personne amaxophobe est touchée par une peur panique de prendre le volant, d’avoir un accident de voiture ou même d’être seulement présent à l’intérieur d’un véhicule motorisé.

Phobie de conduire : qui sont les profils les plus à risque ?

La peur de conduire concerne plusieurs profils d’individus. Il peut s’agir de quelqu’un dont l’apprentissage de la conduite ne s’est pas fait dans un climat de confiance ou d’un jeune conducteur qui manque de pratique. Des personnes plus expérimentées ayant développé un stress post-traumatique dû à un accident peuvent, elles aussi, manifester une phobie de conduire. Enfin, les seniors qui se sentent diminuées et qui perdent confiance en eux au volant sont susceptibles de se retrouver confrontés à ce trouble anxieux.

Comment se manifeste la peur au volant ?

Comment se manifeste la peur au volant ?

Les amaxophobes présentent des symptômes physiques communs tels qu’une accélération du rythme cardiaque, des sueurs abondantes, des tremblements au niveau des mains ou des douleurs dans la poitrine pouvant conduire à des crises d’angoisse au volant. Certains conducteurs phobiques de la route ne peuvent s’empêcher d’imaginer des accidents de circulation, tandis que d’autres ressentent une sensation de solitude et de vide lorsque les conditions météorologiques sont mauvaises (neige, verglas, brouillard ou pluie). Les personnes qui souffrent de la phobie de conduire peuvent également développer des stratégies d’évitement, par exemple en renonçant à leur voiture au profit d’autres types de transports (métro, bus, tramway, etc.).

Quelles sont les causes de cette crainte de conduire ?

Nombreuses sont les manifestations de l’amaxophobie et les causes sont aussi multiples. Selon les psychologues, cette peur peut-être héréditaire. Autrement dit, certaines personnes seraient plus prédisposées génétiquement que d’autres à développer ce trouble anxieux. À cela s’ajoute l’inconscient collectif. En voyant régulièrement l’un de ses parents angoissé à l’idée de conduire, l’enfant peut développer le même comportement en identifiant la voiture comme un danger.

Autre cause possible : la personne a assisté ou a été victime d’un accident de la circulation plus ou moins grave. Cet événement traumatisant peut créer un blocage pathologique envers la conduite. Enfin, un manque de confiance en soi peut entraîner la peur au volant ou la crainte d’effectuer un geste brusque qui pourrait provoquer un accident.

Comment lutter contre la phobie de conduire ?

Comment enlever le stress au volant ? La réponse à cette question n’est pas aussi évidente qu’elle n’y paraît. D’une manière générale, il n’y a pas de mode d’emploi ou de solution toute faite pour se défaire de cette hantise. Cependant plusieurs méthodes et astuces existent pour vous libérer de votre phobie de conduire.

Pratiquer des techniques de relaxation

Les techniques de relaxation basées sur des exercices de respiration et de décontraction musculaire s’avèrent efficaces pour lutter contre la peur au volant. L’objectif ici est de se concentrer sur son souffle et non sur la cause de son angoisse. Vous pouvez notamment inspirer pendant 3 secondes, retenir l’air dans vos poumons pendant 12 secondes et expirer lentement par la bouche pendant 6 secondes. En réalisant cet exercice, vous réussirez à réduire votre appréhension et à vous détendre.

 La respiration abdominale, aussi appelée respiration diaphragmatique, permet de réguler ses émotions au moment de prendre le volant. Cette technique consiste à : 
  • i poser la paume d’une main sur le ventre pour mieux sentir le va-et-vient de sa respiration ;
  • i inspirer profondément par le nez en gonflant le ventre comme un ballon ;
  • i bloquer quelques secondes sa respiration ;
  • i expirer lentement par la bouche en rentrant progressivement le ventre.
  • i réitérer ce geste pendant 5 à 10 minutes, jusqu’à ce que le sentiment d’angoisse s’atténue.

Se faire accompagner

Pour reprendre de l’assurance au volant et apprendre à contrôler ses anxiétés, certains amaxophobes font le choix de se faire accompagner par un proche (un ami, un membre de la famille, etc.). Pour que cette pratique soit bénéfique, privilégiez pour commencer les trajets simples et apaisants. Pensez également à faire des pauses régulièrement afin de vous détendre.

Reprendre quelques heures de cours de conduite

Un autre moyen efficace pour vaincre l’amaxophobie est de réapprendre les bons réflexes en compagnie d’un moniteur. Certaines auto-écoles proposent des stages avec un formateur et un psychologue pour redonner confiance aux conducteurs et traiter d’éventuels traumatismes liés à la conduite.

Tenter la réalité virtuelle

Le traitement par réalité virtuelle (TRV) peut aussi être une façon de se désensibiliser. Cette méthode vous permet de prendre les commandes d’un véhicule sans avoir besoin de quitter le cabinet d’un thérapeute. Équipé d’un casque 3D, d’un volant et de pédales, vous êtes plongé dans une réalité semblable aux situations anxiogènes de la vie réelle (circulation dans un tunnel, agglomération mal éclairée, route de campagne, embouteillage, etc.). Cette exposition graduelle, réalisée sous la supervision d’un professionnel, facilite le réapprentissage de la conduite en faisant baisser progressivement l’intensité et la durée de la peur.

Note : s’il vous est arrivé de vous demander : « j’ai peur en voiture en tant que passager : que faire ? », sachez que le TRV peut aussi être un moyen de vous défaire de votre phobie du trajet.

Suivre une thérapie comportementale et cognitive (TCC)

 La thérapie comportementale et cognitive (TCC) peut aussi être un bon allié pour surmonter la peur de conduire. Cette méthode validée scientifiquement se divise en trois grandes étapes : 
  • i Dans un premier temps, le thérapeute informe la personne sur sa phobie de l’autoroute et les traitements envisageables. S’ensuit la mise en place d’un « contrat » thérapeutique qui définit clairement les objectifs à atteindre de façon progressive.
  • i La deuxième étape consiste à aider l’individu à remplacer ses pensées négatives (exemple : « j’ai le permis mais je n’ose pas conduire par peur des remarques de mon compagnon », « si je conduis, je vais causer un accident et abîmer la voiture de mon père », etc.) par des croyances aidantes en adéquation avec la réalité.
  • i Enfin, le thérapeute expose très progressivement l’amaxophobe à sa crainte. Pour cela, en plus de séances théoriques, le professionnel organise des exercices pratiques.

Remarque : dans certains cas, un traitement médicamenteux, comme la prise d’anxiolytiques, peut être proposé pour annihiler momentanément les symptômes de la phobie de conduire.

Commenter

Your email address will not be published. Required fields are marked *