Système antipollution défaillant

Système antipollution défaillant : causes, conséquences et solutions

Les normes antipollutions sont devenues de plus en plus strictes et toutes les voitures modernes sont désormais équipées d’un dispositif pour contrôler le niveau d’impureté rejeté. Le système prévient automatiquement le conducteur dès qu’il y a un souci afin qu’il puisse prendre au plus vite les mesures nécessaires.

En voyageant dans d’autres continents que l’Europe, on peut parfois être assailli par des odeurs beaucoup plus fortes que celles auxquelles on est habitué, notamment des odeurs de carburant très marquantes. Les normes environnementales ne sont pas nécessairement aussi strictes dans tous les pays et cela nous rappelle que le taux de pollution émis par les véhicules dans l’Union Européenne est censé être limité. C’est le rôle joué par les systèmes antipollution.

Systèmes antipollution

Comme tous les mécanismes automobiles, ceux-ci doivent être régulièrement entretenus et contrôlés pour pouvoir repérer tous les signes de défaillance.

Qu’est-ce que le système antipollution ?

Les directives de l’union européenne ont imposé un système de détection des éventuels dépassements en termes d’émissions polluantes depuis le 1er janvier 2002 pour les moteurs à essence et le 1er janvier 2005 pour les moteurs diesel. Ce dispositif de diagnostic embarqué (OBD) permet de mesurer les taux de pollution pendant les phases de combustion et de post-combustion.

Le système antipollution est composé d’un grand nombre de capteurs qui vérifient constamment les différentes valeurs.

Ainsi, pendant la phase de combustion, entrent en jeu le capteur PMH, qui gère la quantité de carburant à injecter, le capteur de pression de l’air, qui indique la quantité d’air aspirée par le moteur, ce qui est important pour pouvoir obtenir un mélange air/carburant optimal, le capteur de température de liquide de refroidissement (pour la température du moteur) et enfin la sonde lambda, ou sonde à oxygène, qui contrôle la charge en oxygène des gaz brûlés afin de déterminer si les autres capteurs font bien leur travail.

Sonde lambda

Après la combustion, il faut également vérifier que les contaminants qui s’échappent ne polluent pas plus que les normes. Pour cela, on peut compter sur les capteurs suivants : la sonde à oxygène post-catalyseur dans le moteur essence et la sonde de pression différentielle dans le moteur diesel, ainsi que la vanne EGR qui permet de renvoyer certains gaz particulièrement polluants dans la chambre de combustion.

Grâce à tous ces capteurs, l’OBD peut ainsi superviser le bon fonctionnement du moteur et du système d’échappement et peut rapidement constater un dépassement des normes.

Comment savoir si le système antipollution est défaillant ?

Vous serez averti d’une défaillance du système antipollution grâce au voyant correspondant sur le tableau de bord. Il s’agit d’un voyant jaune représentant le moteur.

En fonction du comportement du voyant, vous pourrez connaître le degré de gravité du dysfonctionnement :

  • S’il ne s’allume que de temps en temps puis s’éteint, c’est peut-être simplement un souci avec le voyant lui-même, il n’y a pas encore lieu de s’alarmer, même si une visite au garage est plus que conseillée pour procéder à une vérification du mécanisme.
  • Si le voyant clignote en permanence, c’est en tout état de cause le pot catalytique qui a un problème. Il faut absolument le faire inspecter au plus vite, car il pourrait se détruire.
  • Un voyant qui reste allumé en permanence indique qu’il y a un problème général avec le système. Une visite chez le garagiste le plus proche s’impose, en particulier si cela s’accompagne d’une baisse des performances du moteur. En effet, dans certains cas, votre voiture peut se mettre en mode dégradé pour votre sécurité. Ses performances seront moindres et vous aurez l’impression d’avancer à 2 à l’heure, sans pouvoir accélérer. C’est une façon de protéger la mécanique du véhicule. Vous pouvez encore rouler, mais de préférence pour vous rendre dans un garage.

Comment savoir si le système antipollution est défaillant

Causes et conséquences d’un dysfonctionnement du système antipollution

Faire un inventaire de toutes les causes possibles de défaillance du système ne serait pas très intéressant. Les soucis sont soit d’ordre matériel, avec des composants endommagés ou encrassés, soit d’ordre électronique, avec des capteurs débranchés ou défectueux.

Dans tous les cas, il est préférable de rendre visite à un garagiste dès le signalement d’une défaillance. Il pourra trouver facilement l’origine de la panne grâce aux codes erreur sauvegardés par l’ordinateur de bord.

Le conseil d’Autodoc : n’attendez pas de vous faire recaler au contrôle technique pour faire vérifier le système antipollution. Même si le voyant ne s’est allumé qu’une seule fois, vous serez plus serein si vous faites appel à des professionnels pour l’entretien de ce mécanisme.

Le garagiste procédera à l’inspection du système et aux éventuels remplacements des composants défectueux. Attendez-vous à payer entre 50 et 250 euros pour l’entretien, sans compter le prix pour le remplacement de la pièce. Si besoin, vous trouverez tout ce dont vous avez besoin chez Autodoc.

Conclusion

La présence obligatoire d’un système antipollution dans les voitures est une formidable avancée de ce siècle. Le moteur ne peut pas fonctionner sans rejeter un certain nombre d’impuretés et il est indispensable de limiter celles-ci au maximum, pour la santé de tout le monde et de l’environnement. Le dysfonctionnement de ce mécanisme n’est donc pas à prendre à la légère et il est important de suivre les recommandations et de s’assurer qu’il est bien entretenu et fonctionne parfaitement.

[Total : 0   Average: 0/5]